Escalier intérieur : comment prendre les mesures ?

    La sécurité de votre escalier et l’optimisation de votre espace intérieur vont dépendre des bonnes mesures de celui-ci. Voici quelques conseils pour savoir comment procéder et ne pas faire d’erreur lorsque vous aurez à demander un devis.

    Sécurité : Quelles sont les règles et les mesures de base pour un escalier ?

    Si vous prévoyez l’installation d’un escalier intérieur avec des marches surplombant le vide de plus de 80 cm de hauteur, placer un garde-corps est obligatoire par mesure de sécurité, particulièrement si vous avez de jeunes enfants chez vous.

    La hauteur d’un garde-corps doit mesurer au moins 1 m (horizontal ou étage) et 90 cm en ce qui concerne le garde-corps rampant. Il est formé à la fois d’une main courante et de balustres. On compte maximum 11 cm pour l’écartement des balustres et 18 cm maximum pour un garde-corps à lisses.

    Quelle hauteur pour les marches ?

    Que vous ayez un escalier à colimaçon ou droit, les marches qui vont le constituer doivent mesurer entre 17 et 21 cm avec un giron continu afin de faciliter la montée des marches.

    Le giron détermine la profondeur d’une marche. Il se mesure à partir de la ligne de foulée, c’est-à-dire à partir du centre de l’emmarchement. Un exemple ? Pour un escalier intérieur de logement individuel, un giron pourra mesurer entre 21 et  27 cm.

    Quelle largeur pour un escalier ?

    Un escalier intérieur, que ce soit un escalier avec des marches suspendues ou bien un escalier hélicoïdal, doit avoir une largeur supérieure ou égale à 70 cm.

    Quel est votre mode de chauffage : au sol, climatisation réversible, convecteurs, etc. ? Cette information est importante à donner aux professionnels qui vont s’occuper de l’installation de votre escalier d’intérieur.

    Comment mesurer l’échappée d’un escalier ?

    L’échappée correspond à la distance mesurée sur la ligne de foulée : cette mesure part du nez des marches d’un escalier (à la vertical de celles-ci) et de la distance entre celles-ci et le plafond (ou bien le rampant situé au-dessus).

    Les normes actuelles préconisent entre 1.90 et 2.10m, si l’on en croit les dernières tendances.

    Vos marches sont dangereuses et glissantes ? Pour éviter les risques et limiter les accidents domestiques, installez des bandes ou des revêtements antidérapants.

    Zoom sur les normes PMR (personnes à mobilité réduite) spécifiques

    Pour le confort des personnes à mobilité réduite, il est important et même obligatoire de respecter certaines mesures et dimensions, afin de leur en facilité l’accès. Parmi les normes PMR à respecter, on trouve :

    • L’obligation d’installer une rampe d’escaliers commençant dès le haut de l’escalier et avec une main courante dépassant de 20 cm pour en faciliter son usage ;
    • Avoir une hauteur de marche maximum de 18 cm et un giron de 24 cm minimum ;
    • Avoir une largeur minimum de l’escalier de 80 cm.

    Check liste des mesures à prendre pour son escalier intérieur

    Lors de l’élaboration d’un devis, certaines mesures sont obligatoires pour que la réalisation de votre nouvel escalier corresponde bien à vos attentes et à votre budget. Voici les mesures et les éléments à connaître pour permettre une création au plus juste :

    • Mesurer hauteur sol fini / sol fini ;
    • Prêter attention au niveau des sols (RDC et R+1) ;
    • Mesurer la hauteur sous-plafond ;
    • Mesurer l’épaisseur de la dalle ;
    • Se renseigner sur le type et la composition de la dalle installée (chape maigre, béton, faux plafond, etc.)
    • Examiner l’équerrage de la dalle lorsque votre escalier arrive pour son installation ;
    • Informer les installateurs du passage au sol du RDC de câbles électriques ou de tuyaux ;
    • Mesurer la forme de la trémie, sa longueur, sa largeur, ainsi que les différents angles (prendre les mesures des diagonales si celle-ci ne fait pas 90°) ;
    • Contrôler la verticalité des murs du RDC et se renseigner sur leur épaisseur et leur composition (particulièrement dans le cas de mur isolé) ;
    • Vérifier les aplombs des deux trémies en ce qui concerne les escaliers à double niveau ;
    • Etablir un plan de situation du RDC en indiquant précisément la position des murs porteurs, des cloisons, des portes et des fenêtres, des meubles, etc.
    • Dessiner un plan de situation du R+1 en plaçant également les murs porteurs, les cloisons, les fenêtres, etc.

    Attention à la norme RT 2012 ! Elle implique bien souvent de ne pas fixer au mur l’escalier.

    <span class="icon-user"></span>

    pauline

    Facebook comments

    Website comments